Sélectionner une page

Les animaux devraient-ils recevoir des redevances ?

This post is also available in: English Português

Traduit de l’anglais par Juliette Colinas,

Si une compagnie utilise le portrait d’une personne célèbre ou une œuvre d’art, nous nous attendons à ce qu’elle paye. C’est normal. Lorsqu’il s’agit de la nature, toutefois, l’iconographie animale est utilisée librement. Les animaux représentés ne reçoivent pas un sou. Et si les compagnies et les institutions payaient une redevance – à l’espèce, ou au moins aux gens qui les aident – à chaque fois qu’elles utilisaient ces œuvres d’art biologique ? Cela « pourrait révolutionner le financement de la préservation », écrivent des chercheurs menés par Caroline Good, zoologiste de l’Université d’Oxford, dans le journal Animals. « Une révolution majeure du financement est urgente et nécessaire pour confronter la sixième extinction de masse à laquelle la planète fait face actuellement. »

L’équipe menée par Good nomme son idée « une redevance pour l’espèce » et se concentre spécifiquement sur les animaux menacés : les créatures dont le portrait est souvent omniprésent dans la culture alors même qu’elles sont en train de disparaître à l’état sauvage. Les lions, par exemple, sont l’animal national de 15 pays, incluant la Grande-Bretagne de Good, mais leur population a chuté de 40 % au cours des deux dernières décennies. Si une redevance d’espèces d’un dixième de penny était imposée sur chaque œuf tamponné du sceau de Qualité British Lion de la British Egg Council, elle collecterait environ 14 millions de dollars pour les lions. Un supplément d’accréditation de dix cents sur chaque boîte de sirop Lyle’s Golden, une marque britannique populaire dont le blason dépeint des abeilles et un lion, pourrait toucher 2.6 millions de dollars pour chaque espèce. Si la England’s Premier League, dont le logo est un lion couronné, donnait un pourcent de ses revenus pour chaque maillot de football qu’elle vendait, ils génèreraient suffisamment de revenus pour embaucher 4000 gardes pour protéger les lions du braconnage et de la chasse illégale.

Une redevance ne serait pas uniquement utile aux lions dans un contexte britannique, bien sûr. Des récits similaires, de popularité culturelle et de précarité écologique, peuvent être contés pour les ours, les éléphants, les baleines et beaucoup d’autres espèces souvent représentées. Près des trois quarts des mascottes animales dans les dix ligues de sport les plus riches du monde sont des espèces menacées ou en voie d’extinction, estiment Good et ses collègues; dans le monde de la mode, les motifs inspirés d’animaux sauvages sont extrêmement populaires. « Si la mode continue d’habiller ses clients avec les motifs des girafes, des zèbres, des tigres et des serpents », écrivent-ils, « le prochain chapitre de cette relation ne pourrait-il pas offrir un soutien un peu plus réciproque? »

Ces idées ne viennent certainement pas sans complications éthiques. Si des redevances d’espèces étaient imposées universellement, l’imagerie animale pourrait devenir un luxe réservé à ceux qui sont suffisamment riches pour se la payer. L’équipe de Good prend le soin de souligner que les redevances devraient seulement être requises de la part des pays et institutions prospères. La marchandisation implicite de la nature générera également des inquiétudes chez certains : qu’arrivera-t-il aux espèces menacées qui ne sont pas suffisamment charismatiques pour détenir une place de choix dans notre économie culturelle ? Ce que les chercheurs espèrent, écrivent-ils, est que l’argent des espèces vedettes soit redistribué. Inévitablement, certains vont tenter de se dérober, comme l’ont fait la FIFA et le gouvernement brésilien – avec, comme mascotte à opportunité de marchandisation, le tatou à trois bandes– en manquant à leur parole d’utiliser les revenus de la Coupe du Monde 2014 pour protéger l’habitat.

Malgré les complications, l’idée d’une redevance d’espèces vaut au moins la peine d’être envisagée. Nous avons désespérément besoin de plus de préservation, et les gens se sentent profondément concernés par les animaux. C’est pourquoi nous nous entourons d’images, de logos et d’icônes d’animaux. « Si le sentiment puissant ressenti par des millions de citoyens à travers le monde était saisi, il pourrait financer un mouvement pour repayer la dette culturelle historique aux animaux », écrit l’équipe de Good. « C’est à notre tour de les protéger aujourd’hui. »

Source: Good et al. « A Cultural Conscience for Conservation. » Animals, 2017.

Image: Richard Rutter / Flickr

Get the latest sustainability science delivered to your inbox every week

You have Successfully Subscribed!

One email can keep you
on top of sustainability science

Get the Anthropocene Weekly Science Dispatch in your inbox for free.

You have Successfully Subscribed!

Share This