Sélectionner une page

Comment transformer 8 milliards de gallons d’eau usée générée par la production d’huile d’olive en un biocarburant vert

This post is also available in: English Español Português

Traduit de l’anglais par Juliette Colinas

L’huile d’olive ne semble peut-être pas être un responsable typique de pollution à l’échelle industrielle, mais sa production laisse dans son sillage une quantité surprenante de déchets. La production d’huile d’olive requiert de mélanger dans un moulin d’énormes quantités d’eau avec les olives réduites en purée, processus qui génère annuellement, dans les pays méditerranéens où 97 % de l’huile d’olive est produite, huit milliards de gallons d’eaux usées. Habituellement, on laisse ces eaux usées s’infiltrer dans le sol, ou ruisseler dans les cours d’eau, ce qui peut déclencher des efflorescences algales toxiques et contaminer l’eau potable.

Mais récemment des chercheurs ont développé une méthode en trois étapes pour s’attaquer à ce problème, et ce, notamment en transformant les déchets en un biocarburant précieux.

L’équipe de scientifiques tunisiens et français a mis un point une méthode qui consiste à mélanger l’eau usée des moulins à huile avec un autre déchet, soit la sciure de bois. Tout d’abord, ils ont fait évaporer l’eau de ce mélange, et celle-ci a été réutilisée pour irriguer des cultures. Ensuite, ils ont soumis le mélange de sciure à la pyrolyse, un processus à haute température permettant de capturer les gaz relâchés par le mélange et de le convertir en un biocarburant durable. Enfin, les restes séchés ont été recyclés en un engrais pour les cultures riche en éléments nutritifs. À la fin de ce processus, chaque parcelle de déchet avait été réutilisée.

La méthode peu coûteuse des scientifiques pourrait résoudre un problème de l’industrie oléicole qui perdure depuis des décennies. C’est aussi une preuve que l’industrie agricole dans son ensemble peut prendre des mesures pour transformer sa réputation de pollueur majeur – par des moyens modestes, inventifs et parfois inattendus.

Source: Haddad et. al. « Olive Mill Wastewater: From a Pollutant to Green Fuels, Agricultural Water Source and Biofertilizer. » ACS Sustainable Chemistry and Engineering. 2017.

Guaranteed to start a conversation

You have Successfully Subscribed!

Share This