Sélectionner une page

Les enterrements de conservation pourraient transformer la mort en une force vitale

This post is also available in: English

Traduit de l’anglais par Juliette Colinas

De toutes les différences entre les humains modernes et les animaux sauvages, peu sont plus fondamentales que celle-ci : alors que la mort de ces derniers fait partie du cycle de la vie, leur corps fournissant une subsistance à d’autres organismes, la nôtre est une fin littérale – nos corps étant retirés de la circulation avec les cercueils et les liquides d’embaumement. Mais les choses ne doivent pas nécessairement être ainsi. Même dans la mort, nous pourrions encore soutenir la vie.

Écrivant dans la revue Conservation Letters, les écologistes Matthew Holden et Eve McDonald-Madden attirent l’attention sur une pratique peu connue appelée enterrement de conservation, dans laquelle les frais d’enterrement payent pour la protection et la restauration des terres, et une gestion des terres respectueuse de la faune. « La plupart des scientifiques et des praticiens de la conservation ne savent pas que leurs corps peuvent se transformer en zones protégées après leur mort », écrivent-ils. Si les enterrements de conservation étaient courants, « les revenus générés pourraient dépasser la somme requise pour financer la conservation de toutes les espèces menacées de la planète ».

À l’heure actuelle, notent Holden et McDonald-Madden, les funérailles aux États-Unis coûtent en moyenne 7 180 $, dont 3 090 $ sont dédiés aux cercueils en bois dur et à l’embaumement. Les sépultures de conservation utilisent des cercueils biodégradables peu coûteux et permettent aux corps de se décomposer naturellement. Puisque la pratique ne date que de la fin des années 1990, seuls quelques cimetières de ce genre existent aujourd’hui, mais le potentiel est grand. On estime que 2,7 millions d’Américains meurent chaque année. Si chacun d’eux recevait un enterrement de conservation, les économies s’élèveraient à 8,3 milliards de dollars, soit environ le double du coût estimé pour la protection de l’habitat de toutes les espèces officiellement désignées comme menacées par l’Union internationale pour la conservation de la nature.

Cela exigerait un peaufinage des pratiques actuelles, avec des économies canalisées à la fois vers un cimetière de conservation local et vers d’autres projets de conservation en accord avec les valeurs du défunt. « Je ne connais pas de cimetière qui le fait, mais cela pourrait fournir encore plus de bienfaits que les pratiques actuelles d’enterrement de conservation », dit Holden. « Nous voulons que les cimetières et les organisations caritatives utilisent leur créativité pour maximiser les impacts de leurs projets sur la société et sur la biodiversité. »

L’idée peut rendre certaines personnes mal à l’aise, du moins au début : après tout, la mort et ses rituels sont profondément personnels et souvent sacrés. À la réflexion, cependant, Holden pense que les gens verront l’intérêt de la pratique. « Nous voulons créer un héritage durable pour nos proches. C’est pourquoi nous dépensons tant d’argent pour des pierres tombales, des monuments et des cercueils », dit-il. « Nos cadavres peuvent sauver des créatures vivantes. Cela va au-delà du simple retour à la terre, comme dans un enterrement naturel. Nous sauvons la Terre, la rendons meilleure. »


Source: Holden, Matthew H. and McDonald-Madden, Eve. “Conservation from the Grave: Human Burials to Fund the Conservation of Threatened Species.” Conservation Letters, 2018.

Image: http://www.awillforthewoods.com/

Get the latest sustainability science delivered to your inbox every week

You have Successfully Subscribed!

Share This