Sélectionner une page

Sauvetage génétique à la rescousse

This post is also available in: English Português

Traduit de l’anglais par Juliette Colinas

Les opossums pygmées des montagnes d’Australie sont parmi les créatures les plus rares de la Terre. Il reste moins de deux mille de ces marsupiaux de la taille d’une souris, dispersés dans trois hautes chaînes de montagnes. En 2008, l’une de ces populations avait diminué à moins de 20 individus. Il semblait qu’ils allaient bientôt s’éteindre – une bougie biologique ayant atteint le bout de sa mèche. Mais aujourd’hui, cette mèche a été prolongée, peut-être indéfiniment, grâce en partie à six mâles que des conservateurs ont capturés dans une autre population, et introduits dans un acte de « sauvetage génétique », suggérant qu’il y a du potentiel pour des interventions similaires dans d’autres cas.

« Le projet d’opossum pygmée des montagnes va plus loin que sauver l’opossum pygmée du Mont Buller », affirme le biologiste Andrew Weeks de l’université de Melbourne, faisant référence à la localisation géographique de la population sauvée. Il s’agit « plus généralement d’ouvrir la porte au sauvetage d’autres espèces menacées en utilisant une approche similaire ».

Publiant leurs résultats dans la revue Nature Communications, Weeks et ses collègues décrivent les résultats de leur travail, qui a fait grossir la population du Mont Buller à environ 200 adultes – la plus large jamais enregistrée, et aussi la plus génétiquement diversifiée. Avant le sauvetage, on a estimé que les opossums pygmées de Mont Buller avaient été isolés pendant au moins 20 000 ans, se retrouvant avec patrimoine génétique très réduit dans lequel l’ADN de ces six mâles transplantés s’est maintenant propagé.

Certains chercheurs craignaient que les hybrides ne soient déficients; que le mélange des deux génomes en divergence depuis des millénaires ne soit pas fructueux. Mais cela ne semble pas être le cas. Les descendants hybrides tendent à être physiquement plus grands, ont des portées plus grandes, et vivent plus longtemps. « Cela souligne les bienfaits immédiats du sauvetage génétique pour la santé des populations », écrit l’équipe de Weeks, et bien que le succès des opossums ne soit pas entièrement dû à la génétique – car les conservateurs protègent aussi leur habitat et détruisent leurs prédateurs avec une vigueur renouvelée -, celle-ci semble tout de même cruciale.

Lorsque la population de Mont Buller atteindra 500 individus, dit Weeks, sa pérennité devrait être garantie, au moins pour le futur immédiat. Sa conservation à long terme exigera non seulement un coup de pouce génétique, mais aussi la restauration et la reconnexion de parcelles d’habitat maintenant fragmentées dans la région. C’est une composante importante de la leçon de cette étude : sans un habitat protégé, ces populations devraient être supportées artificiellement sur le long terme, dépendantes des transfusions génétiques régulières.

La leçon peut s’avérer utile. Après tout, les opossums pygmées de montagne ne sont pas la seule espèce dans cette situation difficile. « De nombreuses espèces menacées comprennent maintenant de petites populations fragmentées qui peuvent avoir été isolées pendant de longues périodes », écrivent Weeks et ses collègues. Elles pourraient encore être sauvées.

Source: Weeks et al. “Genetic rescue increases fitness and aids rapid recovery of an endangered marsupial population.” Nature Communications, 2017.

Image: Département de l’environnement et des industries primaires / Flickr

Guaranteed to start a conversation

You have Successfully Subscribed!

Share This