Les énergies éolienne et solaire aux États-Unis ont empêché des pertes de milliards de dollars et des milliers de décès

Traduit de l’anglais par Melanie Beauchesne

Une nouvelle étude devrait plaider en faveur des énergies renouvelables. Passer des combustibles fossiles aux énergies renouvelables pour la production de l’électricité a empêché autant que 12 700 décès prématurés entre 2007 et 2015, démontre l’analyse publiée dans Nature Energy.

L’étude estime également que les émissions plus faibles provenant de l’énergie éolienne et solaire ont permis d’économiser des dizaines de milliards de dollars en améliorant la qualité de l’air et la santé publique.

Le déploiement éolien et solaire a connu un essor dramatique aux États-Unis au cours de la dernière décennie. La capacité combinée de l’énergie éolienne, de l’énergie solaire et des sources d’énergie photovoltaïque (PV) est passé d’environ 10 GW en 2007 à environ 100 GW en 2015.

Des études antérieures ont calculé les bénéfices de ces sources renouvelables soit à l’échelle régionale ou à l’échelle nationale sur une courte période. Les chercheurs du Lawrence Berkeley National Laboratory voulaient quantifier les avantages de l’énergie éolienne et solaire dans tout le pays au cours d’une décennie.

Ils ont débuté en déterminant la quantité d’énergie solaire et éolienne résidentielle ou distribuée par des fournisseurs, déployée dans divers endroits situés à travers les États-Unis continentaux.

Ils ont utilisé un modèle statistique pour estimer les principales émissions de polluants atmosphériques économisées en raison de la production d’énergie solaire et éolienne. Ils ont constaté que le dioxyde de carbone diminuait de 20 %, le dioxyde de soufre de 72 %, les oxydes d’azote de 50 % et les particules de matières de 46 %. La réduction spectaculaire du dioxyde de soufre – de 9 millions de tonnes en 2007 à 2,5 millions en 2015 – était en partie attribuable à la mise en place de nouvelles technologies de contrôle pour répondre aux normes de qualité de l’air.

L’énergie éolienne a joué un rôle exceptionnel dans la réduction des émissions, ont révélé les chercheurs, parce qu’elle s’est développée dans les régions du haut-Midwest et du mi-Atlantique qui dépendent principalement de l’énergie du charbon, laquelle produit plus d’émissions que les centrales au gaz naturel.

L’équipe a également calculé le gain monétaire apporté par la réduction des émissions de carbone. Ce coût social du carbone provient d’une modification de la productivité agricole, de la consommation d’énergie, des pertes résultant de catastrophes telles que les inondations, de la santé humaine et des services généraux rendus par les écosystèmes.

Les émissions évitées par les énergies éolienne et solaire ont permis d’économiser entre 29,7 et 112,8 milliards de dollars américains, principalement en évitant les décès de 3 000 à 12 700 personnes, ont révélé les chercheurs. « Le déploiement direct des énergies éolienne et solaire dans ces régions du pays qui offrent les meilleurs avantages (au moindre coût) offrirait un gain supplémentaire », écrivent-ils.

Source: The climate and air-quality benefits of wind and solar power in the United States. Nature Energy. 2017.

Photo: Global Panorama, Flickr Creative Commons

  | Anthropocene

All Donations Doubled from Now until Dec 31

Smart, powerful environmental journalism doesn't come cheap. Anthropocene is science-based, nonprofit—and reader-funded. 

Yes, Count Me In!

You have Successfully Subscribed!

Share This